• Une ancêtre avec du caractère...

     

    Une ancêtre avec du caractère...

    J'avais prévu vous faire part de cet extrait d'Iroquoisie Tome 2 au moment où je parlerais du livre, mais comme j'ai trouvé plus significatif, voici donc l'extrait, qui, j'en suis certain, plaira aux deux femmes qui forment la totalité des visiteurs assidus qui passent par ce lieu. Nous sommes le 29 juillet 1652 et une montréalaise, Martine Messier, travaille aux champs, quand surprise par quelques iroquois. Les passages entre guillemets proviennent de l'homme qui a relaté cette histoire à l'époque, un père sulspicien du nom de Dollier de Casson.

    Des Iroquois se glissent jusqu'à elle en rampant. Une cinquantaine sont à l'affût et l'entourent, postés à trois endroits différents. Trois d'entre eux entreprennent de la capturer. Mais étant d'un tempérament violent, "elle se mit à se défendre comme une lionne, encore qu'elle n'eut que ses pieds et ses mains." Au troisième ou quatrième coup de hache, elle tombe et semble morte. L'un des ennemis se penche sur elle pour la scalper, mais la femme reprend ses sens et, aux grands maux les grands remèdes, elle "saisit ce cruel avec tant de violence par un endroit que la pudeur nous défend de nommer" que cet Iroquois ne songe plus qu'à s'échapper ; elle tient bon jusqu'à ce qu'elle s'évanouisse de nouveau sous d'autres coups de hache. L'Iroquois fuit alors car, en plus, les Français accourent et sont bientôt sur les lieux. Comme Martine a reçu six coups de hache, dont aucun n'était heureusement mortel, l'un des Français l'embrasse par compassion ou admiration ; elle lui administre un soufflet. Lorsque cet homme lui explique son geste, elle s'écrie : "Parmenda, je croyais qu'il voulait me baiser !"

    CHANSON DU JOUR : Chanson démodée, par L'Ensemble Claude Gervaise

    AJOUT :

    J'ai été intrigué par le mot Parmenda. J'ai retracé l'extrait complet du religieux, qui indique qu'il s'agit d'un mot de son patois. N'oublions pas qu'à cette époque, il y avait davantage de patois régionaux que de français standardisé.

      


  • Commentaires

    1
    fanfan76
    Samedi 2 Août 2014 à 23:25

    Une femme de caractére, cette Martine, ce serait heureux si toutes les femmes savaient se défendre comme elle, merci Mario, fanfan

    2
    Samedi 2 Août 2014 à 23:30

    C'est un cas d'exception et ça m'avait fait sourire, bien que recevoir des coups de hache n'avait rien de drôle.

    3
    Mercredi 22 Octobre 2014 à 10:40

    Euh, quel genre de hache ? Parce que 6 coups sans blessure mortelle ni, apparemment, amputation, ça me paraît tenir du miracle !

    4
    Mercredi 22 Octobre 2014 à 17:56

    C'était sans doute des pierres attachées à un bâton. Donc, davantage pour assomer que pour couper.

    5
    Mercredi 22 Octobre 2014 à 18:41

    Et on appelait ça des haches à l'époque, j'apprends quelque chose, et je comprends mieux le miracle

    6
    Mercredi 22 Octobre 2014 à 19:22

    À moins que l'Iroquois ait eu du mal à atteindre une jambe de femme camouflée par tant de jupons !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :