• Martin et la tague malade

    Martin et la tague malade

             

    Je suis loin, si loin, et je me sens impuissant à regarder Junior, gravement blessé, se tenant la jambe, le visage grimaçant, son regard implorant la pitié de Gladu, bras croisés et la face pleine de méchanceté. Quelle cruauté ! Quelle bassesse humaine ! Daniel arrive près de moi, hors d’haleine, me murmurant qu’il vient d’échapper de justesse au sort immonde que lui réservait un gars de la bande à Gladu. Soudain, Daniel aperçoit Junior et son cœur est transporté par une révolte grondante. « Pauvre Junior ! Il faut le délivrer, Martin ! » Je le sais ! Oh, comme je le sais trop ! Mais nous sommes si mal placés ! Quelle stratégie utiliser ? Gladu et sa bande, aussi répugnants puissent-ils être, ont des yeux de chat et des oreilles de lapin. Rien ne leur échappe !

              Je vois Daniel fulminer, perdre le contrôle de son tempérament et je ne peux le retenir : il s’élance, tel un express, pour délivrer Junior ! Quelle imprudence ! Quelle sottise de sa part ! Gladu le cueille avec une facilité animale, l’atteint en plein cou. Voilà Daniel, mon si grand ami Daniel, victime de la brutalité sans nom de ce démon, souffrant un martyre inqualifiable, gardant sa main sur sa blessure saignante. Et Gladu rit de son coup ! Il ose se moquer ! Maudit Gladu sale.

              Voici Richard qui revient et, voyant la scène des souffrances de Junior et de Daniel, grogne de sa grosse voix : « Ça ne peut pas se passer comme ça, Martin ! » Lui et moi consacrons de longues minutes à élaborer une tactique afin de secourir nos deux pauvres amis et neutraliser Gladu et les siens. Une diversion ! Voilà le grand mot savant pour indiquer que Richard devra distraire Gladu pendant que je délivrerai Junior et Daniel de leur fâcheuse position. Richard marche en homme, lance quelques cailloux à la volée. Gladu demeure sur ses gardes et cherche à savoir d’où proviennent ces projectiles. Soudain, Richard, si courageux, se montre à lui. Vite ! C’est le temps pour moi de passer à l’action ! Mais, horreur ! Richard tombe et Gladu lui saute aux yeux ! Oui ! Aux yeux ! Voilà Richard aveuglé, les mains cachant ses pauvres orbites.

              Je suis seul. Seul contre lui, sa bande de mécréants et les pensées si tristes du sort de mes pauvres amis. Gladu garde les mains sur les hanches, une gomme à mâcher à la bouche, l’air triomphalement moqueur. Il ne m’aura pas ! Jamais ! Je le jure ! C’est moi qui l’aurai et délivrerai Richard, Daniel et Junior! Soudain, une cloche se fait entendre. Sans doute la police et l’armée venant à mon secours. Le son de la cloche s’approche et Gladu, décontenancé, dépose les armes et se sauve à toutes jambes. Une belle infirmière courageuse s’empresse auprès de mes trois amis.

              « En rang, Martin. J’ai sonné deux fois. La récréation est terminée.

              - Oui, mademoiselle. »

    Gladu me fait une grimace. Il pourra passer le reste de sa vie à se vanter d’être le champion de la tague malade, mais mes amis et moi sommes prêts à le rencontrer n’importe quand pour un tournoi de quatre coins. « Silence dans les rangs ! » de claironner mademoiselle Huguette.

    Mario Bergeron, Contes d'asphalte, 2001, pages 279 et 280

     Pour les aimables européennes de passage : la tague est un jeu enfantin mettant en conflit deux équipes, l'une devant atteindre un objectif et l'autre ayant pour but de l'en empêcher, cela en touchant l'adversaire, qui, aussitôt, est prié de s'immobiliser. Ses coéquipiers peuvent délivrer le mal en point en le touchant à son tour. L'adjectif "Malade" désigne une variation : si un joueur est touché à un pied, il doit se tenir le pied ; si c'est à une oreille : main sur l'oreille, etc. Le mot Tague vient sans doute de l'anglais Tag, mais nous le prononcions "Taye".

    CHANSON DU JOUR : Ti-Gars, par Plume Latraverse


  • Commentaires

    1
    Mercredi 9 Juillet 2014 à 19:58

    Merci pour l'explique !   :-)

    2
    Mercredi 9 Juillet 2014 à 20:19

    Maintenant que tu le sais, réunis tes copines et amusez-vous !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :