• Le Rio de Trois-Rivières

    Le Rio de Trois-Rivières

    Pendant près d'une dizaine d'années, circa 1972-1982, je fus un client d'un bar de Trois-Rivières du nom de Cabaret Rio. Cabaret, ce local le fut un jour, puisque j'ai retrouvé sa trace dans les journaux des années 1950, alors que le lieu présentait des spectacles de variété du style "chanteuse exotique du Sud avec castagnettes". Il y eut, plus tard, des présentations de groupes yéyés et un grand trou noir que je ne saurais expliquer, car je n'ai pas trouvé de source. On m'a assuré qu'il y aurait eu un meurtre au Rio vers la fin des années 1960. Quoiqu'il en soit, en 1972, le mot Cabaret subsistait, mais le Rio était bel et bien une boîte rock. Très rock.

    Le lieu était situé dans le sous-sol du cinéma Impérial et adoptait la forme longue d'une salle de ciné. Il y avait aussi deux paliers ; celui correspondant à la salle même et où je ne me suis presque jamais installé, puis l'autre palier, synonyme du vestibule, avec le bar à droite, puis l'estrade du DJ à gauche. C'est là que j'étais tout le temps, avec mon ami Gilles, responsable de mon initiation au Rio. L'autre grand copain Christian était plus que souvent de la partie, mais j'avais d'autres amis fidèles refusant le Rio, peut-être à cause du meurtre passé et aussi parce que le club était, dit-on, refuge de motards. Je n'ai jamais rencontré quoi que ce soit de répréhensible au Rio. Le serveur aux tables n'aurait pas voulu... Ah si ! Pas de serveuses ! Des hommes, tous de modèles géants et redoutables.

    Beaucoup de musique, au Rio. De l'excellente ! On y entendait en majorité du rock et des pièces qui ne tournaient pas ailleurs. Il n'y a jamais eu de disco, de folklore ou de trucs trop mode sur les platines. C'est au Rio que j'ai connu des gens comme AC/DC, puis Police, un peu plus tard. Beaucoup de hard-rock classique (Purple, Led Zep, Sabbath) les incontournables progressifs (Yes, Genesis, ELP) et une bonne dose de Québécois. Forte, la musique ! Puissante ! Les enceintes sonores nichaient dans le fond de la boîte, de chaque côté de ce qui était une petite piste de danse.

    Au Rio, on remplissait les cendriers et on vidait les bouteilles. Et on parlait, parlait sans cesse pour refaire le monde et l'actualité. On trippait ! À cause du cinéma, la musique ne pouvait pas être forte avant la fin de la diffusion des films, vers 23 heures. Très souvent, les amis me téléphonaient à 22 heures 45 pour me demande : "Tu viens au Rio ?" Inutile de s'y présenter avant : le Rio prenait vie après minuit, fermait ses portes à trois heures trente, mais je suis déjà sorti de là beaucoup plus tard.

    Le Rio est disparu dans l'incendie de l'Impérial, autour de 1982. À ras le sol. Impossible de reconstruire. Je ferme les yeux et je revois la petite porte blanche avec l'indication "Cabaret Rio". Je revois l'escalier sombre où se réunissaient les fumeurs de pot. J'entends la musique, je sens l'odeur, je revois ces deux palliers. Je pense à cet aveugle et son chien guide qui était là tout le temps. Je revois les gens monter sur les chaises pour crier une demande spéciale au DJ. Et à jamais, des pièces de musique associées au Rio, comme celle que je vous présente. Plus de Rio ! J'y pense souvent... Puis j'ai des frissons en songeant à ce que le lieu serait devenu : un autre antre gouvernemental de rectitude politique.

    Je n'ai pas de photo du Rio, pas plus que de l'Impérial. Alors, ci-haut, une photo de Gerry Boulet d'Offenbach me rappelant que j'ai dû entendre la chanson du jour des centaines de fois au Rio.

    CHANSON DU JOUR : Promenade sur Mars, Offenbach, 1975.


  • Commentaires

    1
    DanVador
    Dimanche 21 Octobre 2012 à 13:58

    Le Rio !

    Tu parles que je m'en souviens.

    Même époque que toi.

    L'aveugle avec son chien( je connais son prénom), c'était un gars ( à ce qu'on m'avait raconté ) qui avait perdu la vue après une tentative de suicide ratée. Avant cet épisode, il vendait de la dope à la taverne Chez Jos sur la rue Badeau.

     

    J'ai toujours un enregistrement fait sur place avec un petit «tape cassette» d'une «tune» joué par le groupe Old Sailor au Rio. (1973-74)

    2
    MarioB Profil de MarioB
    Dimanche 21 Octobre 2012 à 14:02
    3
    Soda42
    Mercredi 9 Janvier 2013 à 23:11

    Salut Mario B. Moi c'est Gaétan L. Avec un ami sur ma rue, nous discutions des clubs ou bars de Trois-Rivières dans les années 50 à 70.   En faisant quelques recherches sur le Net, je suis tombé sur ton blog . Puis en surfant encore je suis arrivé sur une affiche ou bande de publicité du Rio (en vente à 4.01 US).      J'ai moi-même une découpure de journal annonçant le Cabaret Rio avec la photo d'un garcon de table du temps. En vedette :Barbara Araya (danseuse exotique)   et   Yvan & Bonnie.        Je cherche où était situé le Club De La Vérendry.


    Salut

    4
    MarioB Profil de MarioB
    Mercredi 9 Janvier 2013 à 23:21

    Pour trouver de la pub du Rio (et autres bars) de jadis, rien de pus facile : la microthèque, de l'UQTR - Ouverte à tout le monde - a toutes les copies du Nouvelliste depuis 1920. Alors, il s'agit de regarder au hasard. On peut même les "Photocopier" sur un disque compact. Si t'as jamais manipulé ces trucs, il y a une personne engagée pour te guider. Aucune gêne : c'est leur métier.


    Je ne connais pas le club Lavérendrye, mais, de nouveau : facile pour trouver une adresse : les annuaires téléphoniques, toujours à la microthèque de l'université. Aussi, aux archives du séminaire St-Joseph, il y a ce qu'on eppelait des annuaires commerciaux, où les magasins en entreprises faisaient de la publicité. Pour les annuaires téléphoniques, je me demande si Bell Canada n'aurait pas ça quelque part...


    Bien heureux que cet article ait provoqué deux réactions.


    Au fait, je parle souvent du Rio dans mon roman Les Fleurs de Lyse, que tu peux emprunter à la bibliothèque Gatien-Lapointe.

    5
    Soda42
    Mercredi 9 Janvier 2013 à 23:40

    Un gros merci pour tes infos

    6
    Cléard
    Samedi 26 Juillet 2014 à 17:11

    Au chic Cabaret Rio (comme on l'appelait) dans les années '70, il  ne faut pas oublier de  nommer Bouboule, le DJ.  C'était le meilleur.  Nous on avait nos 5 meilleures tounes pour danser et lorsqu'on arrivait, il les faisait une derrière l'autre.  On pouvait passer des heures sur la minuscule piste de danse.  Je pense souvent à Raymond, le proprio du début à la fin du Rio, qui est malheureusement décédé. 

    7
    Samedi 26 Juillet 2014 à 18:07

    Je ne savais pas le nom du DJ, mais je savais l'apprécier beaucoup. Hors les tounes un peu dans la norme, c'est au Rio que j'ai découvert de la très bonne musique.


    Intéressant, les gens qu'attire cet article !

    8
    LeDoc
    Dimanche 14 Septembre 2014 à 02:44

    J'ai fréquenté aussi ce magnifique Cabaret Rio, j'ai vu des super bons shows, je me rappelle un band de Toronto


    qui s'appelait "Bare Mothers" qui jouaient du Rock et blues Rock. Je me souviens aussi de Raymond qui avait 


    la place. J'ai même pratiqué là quelques fois avec "No Man's Land" avec Gil Desrochers (Gil Patrick et les Mustangs) et Lorne Croteau à la guitare ainsi qu'Yvon Vézina à la batterie et Jean-Luc Hamel à la basse...


    Quelle époque!!!


    Vous souvenez-vous de Willie Ray & The Eclipses? Ils jouaient dans un autre bar au centre-ville dont je ne me rappelle plus le nom près de St-Phillipe....


    Merci et à bientôt.


    LeDoc

    9
    Dimanche 14 Septembre 2014 à 05:24

    C'est agéable d'avoir ces messages des anciens habitués du Rio ! C'est un signe que des gens cherchent des renseignements sur Internet et aboutissent ici.


    Je n'ai pas réellement connu le moments des groupes, que ce soit au Rio ou au centre-ville. Par contre, j'ai vu No Man's Land en spectacle et suis devenu ami avec Gilles Desrochers. J'ai même travaillé avec lui à la radio.


    Au fait, je suis un romancier de Trois-Rivières et je parle du Rio dans mon roman Les Fleurs de Lyse.


    Merci pour ce commmentaire. C'est aimable.

    10
    leo
    Lundi 6 Octobre 2014 à 01:22

    Le Rio , une grosse porte blanche avec une pognée en fer sur la rue Des Forges  . Deux a trois fois par semaine pendant chez plus combien de temps j'y ai secouer mes puces sur la piste de dance . Un des DJ était un de mes bon chum ( Claude Durand ) aussi disque Jockey a la Fiole au CAP . Le Chic Cabaret avait une réputation qui fesait un peu peur mais avait de la musique et une ambiance que je n'ai jamais retrouver ailleurs . A quand un site avec des photos et des anciens de ce club mémorable ?


     

    11
    Lundi 6 Octobre 2014 à 02:34

    Quitte à me répéter, je trouve ça formidable que cet article attire des anciens habitués du Rio. Moi non plus, je n'ai jamais rien vu de semblable ailleurs. Après l'incendie, je me suis rendu plus souvent au Touristik, mais ce n'était pas la même chose...


    Pour les photos, je n'en connais pas. Jamais vu quelqu'un là dedans avec un Kodak !


    Merci pour cette participation.

    12
    Dimanche 14 Février 2016 à 08:31

    Je découvre cet article aujourd'hui : je ne te connaissais pas à l'époque et je n'ai jamais fait le tour de tout ce que tu présentes chez toi ! :-)
    Je suis contente que des "anciens" du lieu t'aient recontacté à cette occasion, et j'imagine le plaisir que ça a dû te faire.
    Tu me donnes l'idée d'un article sur mon expérience à moi et ma non-fréquentation des cafés.

    13
    Dimanche 14 Février 2016 à 11:29

    J'ai mis cet article sur l'autre plateforme, mais les réponses obtenues ici m'ont beaucoup enthousiasmé.

    14
    Dan
    Jeudi 6 Juillet à 04:50
    J'avais 16 ans en 77 et je me souviens bien gelé sortir par un long corridor en arrière et arrivé au bonaprix
    15
    Jeudi 6 Juillet à 05:26

    Exact!


     

    16
    DanVador
    Jeudi 6 Juillet à 11:35

    MarioB,  c'est toi qu'on voit sur les photos de gauche et droite, n'est-ce pas?

    17
    Jeudi 6 Juillet à 17:14

    Oui. Précisément au moment où je passais mes fins de semaine au Rio.


    La photo de l'avatar est plus récente.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :